Si vous vous retournez dans votre lit les nuits précédant votre examen de conduite – ou si vous avez la trouille le jour de l’examen – vous n’êtes probablement pas prêt à obtenir votre permis.

En fait, le manque de préparation est le premier obstacle à la réussite de votre examen.

Pour acquérir la confiance nécessaire à l’examen du permis de conduire et obtenir un bon resultat permis de conduire, vous devez consacrer des heures à des leçons intensives derrière le volant et à l’étude de livres – même si un tel régime peut sembler décourageant.

“L’examen du permis de conduire est un jeu d’enfant comparé à cela”.

Voici huit choses que vous devriez faire pour augmenter vos chances de réussir l’examen du permis de conduire.

1. Lisez le manuel du conducteur

Le manuel contient les principales règles et réglementations de conduite, par exemple

– les règles de base, telles que les limitations de vitesse

– les panneaux routiers et leur signification

– des informations sur la sécurité

– les règles concernant la conduite sous l’influence de drogues ou d’alcool.

Étudiez attentivement le manuel. La compréhension de ces informations est la clé de la réussite de votre examen écrit.

Il est également essentiel de connaître le contenu du manuel pour réussir la partie de l’examen de conduite qui se déroule derrière le volant. Les conducteurs qui se présentent à leur examen sans avoir étudié le manuel de conduite ont un mauvais comportement au volant.

“Ils ne lisent pas les panneaux de signalisation ou les marquages routiers”. “S’ils le lisent, ils ne savent pas automatiquement ce qu’ils doivent faire”.

Pour obtenir un exemplaire du manuel, contactez le département des véhicules à moteur.

2. Passez un examen écrit pratique du permis de conduire

Passez l’examen de conduite pratique, qui comprend des questions courantes sur l’examen de conduite dans le pays. Vous pourrez ainsi évaluer vos résultats et voir ce que vous devez améliorer.

3. Recherchez et pratiquez des itinéraires d’examen de conduite près de votre domicile.

Comme on pouvait s’y attendre, les itinéraires des examens de conduite sont généralement assez proches du département des véhicules à moteur qui supervise le permis de votre région. Il est donc judicieux de s’entraîner à conduire sur les routes situées à environ 20 minutes de chez vous.

Vous pouvez également rechercher des itinéraires d’examen de conduite locaux sur YouTube. Le site propose des vidéos d’itinéraires que les conducteurs ont téléchargés et que vous pouvez visionner pour savoir à quoi vous attendre.

4. Ne lésinez pas sur le temps de pratique derrière le volant

Beaucoup de conducteurs débutants ne passent pas suffisamment d’heures au volant avant le jour de l’examen.

Certains signes indiquent qu’un conducteur ne s’est pas suffisamment exercé.

“Ils n’ont tout simplement pas une très bonne appréciation de l’espace et du temps”. Par exemple, il affirme que les conducteurs qui n’ont pas beaucoup pratiqué ne restent pas très bien dans leur voie.

Les heures interminables de conduite peuvent sembler fastidieuses, mais c’est le meilleur moyen d’apprendre le code de la route.

“Si les gens faisaient vraiment leurs 65 heures comme ils sont censés le faire et s’ils les faisaient avec quelqu’un qui connaît bien la conduite, ils n’auraient aucun problème (le jour de l’examen)”.

5. Entraînez-vous à éviter les erreurs courantes des conducteurs débutants

En général, le site Web du code de la route énumère les compétences de conduite qui sont évaluées pendant votre examen. Par exemple, l’examen consiste en des actions de base telles que :

– Les virages à gauche et à droite.

– Arrêts aux intersections contrôlées et non contrôlées.

– Marche arrière en ligne droite.

– Les changements de voie.

– Conduite dans le trafic routier normal.

– Conduire sur l’autoroute (si nécessaire).

Il va sans dire que vous devez vous exercer aux compétences décrites sur le site Web. Mais la réussite ou l’échec dépendront de votre capacité à vous concentrer sur les petits détails et à éviter les erreurs courantes.

Il est absolument essentiel de regarder par-dessus son épaule pour tourner, y compris à gauche. Il est conseillé de retenir ces 4 points :

– Signal

– Rétroviseur

– Regarder par-dessus l’épaule

– Allez-y

En outre, il faut se concentrer sur les points suivants pour augmenter ses chances de dépasser :

Évitez les virages larges : Restez dans votre voie et suivez les virages. Les nouveaux conducteurs prennent parfois un virage large, ce qui les amène à se retrouver dans la mauvaise voie par la suite. Par exemple, pour un virage à droite à une intersection sur une route à deux voies, vous devez vous retrouver dans la voie de droite après avoir tourné. Si vous prenez un virage large et que vous vous retrouvez sur la voie de gauche, puis que vous vous corrigez en vous mettant sur la voie de droite, mais que vous omettez de signaler ou de regarder par-dessus votre épaule, vous risquez d’échouer.

Arrêtez-vous avant les lignes de limitation : Veillez à ne pas traverser ou vous approcher trop près des marquages au sol aux intersections et autres.

Faites des arrêts complets : Ne roulez pas à une vitesse lente et continuez. Une bonne règle consiste à compter jusqu’à trois rapidement après votre arrêt avant de continuer.

Vérifiez toujours la circulation : Regardez d’une épaule à l’autre et vérifiez vos rétroviseurs.

Respectez la limite de vitesse : surveillez la vitesse à laquelle vous roulez.

Gardez une distance de sécurité : Assurez-vous d’avoir un espace suffisant entre vous et les autres véhicules.

6. S’entraîner dans des conditions difficiles

Au cours de ses années en tant qu’instructeur, Louis D. a remarqué une tendance contre-productive chez les nouveaux conducteurs.

“Nous avons des gens qui appellent pour annuler une leçon de conduite parce qu’il semble qu’il va pleuvoir”, dit-il.

Or, une telle prudence excessive empêche les conducteurs d’acquérir les compétences dont ils auront besoin dans les circonstances réelles de la route.

On vous conseille vivement de vous entraîner à conduire la nuit et par mauvais temps. Ces conditions sont l’occasion idéale d’affiner vos compétences et de renforcer votre confiance.

7. Écoutez les experts, pas vos amis

La plupart des nouveaux conducteurs sont jeunes et, comme les enfants des années 1960, ils ont tendance à accorder plus de crédit à l’opinion de leurs pairs qu’à la sagesse des personnes de plus de 30 ans.

“Ils veulent écouter leurs amis”. “Ils ne veulent pas de conseils professionnels”.

Inutile de dire que c’est une recette pour l’échec. Les jeunes conducteurs doivent avoir la maturité nécessaire pour apprendre de la sagesse des conducteurs plus expérimentés.

“Tous les nouveaux conducteurs doivent comprendre la responsabilité qui accompagne le permis de conduire”.

Si vous avez du mal à apprendre, adressez-vous à une auto-école. Rien de tel que de profiter de la sagesse d’un expert.

“La conduite automobile n’est pas un sujet très complexe”. “C’est un sujet assez fondamental. Mais il y a des règles qui doivent l’accompagner.”

8. Calmez vos angoisses

Beaucoup de gens sont une boule de nerfs lorsqu’ils arrivent pour leur examen de conduite. Un tel niveau d’anxiété peut nuire à vos performances au volant.

Il est essentiel de se calmer pour réussir l’examen. Toutefois, il s’agit d’un domaine dans lequel un moniteur d’auto-école ne peut pas vous aider.

“Nous pouvons leur enseigner beaucoup de choses différentes, mais nous ne pouvons pas contrôler leur anxiété”.

Une bonne nuit de sommeil avant l’examen peut aider à calmer l’anxiété. Mais il reconnaît que cela peut être plus facile à dire qu’à faire si vous n’avez pas confiance en vos capacités de conduite.

La meilleure façon de réduire l’anxiété est de renforcer votre confiance dans les semaines précédant le jour de l’examen. Cela implique de passer de nombreuses heures à s’entraîner au volant.

“S’ils n’ont pas fait ces heures comme ils sont censés le faire, ils n’auront pas la confiance nécessaire”.